Finances communales

L’établissement du budget de la commune, qui se construit pas à pas, a toujours pris en compte la nécessité de préserver une marge financière pour se prémunir d’un défaut de revenu provenant du casino. Lors du mandat précédent, M. Roumenoff a œuvré avec beaucoup de constance et d’implication au suivi des finances de la commune, de part son poste de vice-présidence de la commission finances. Nous avons d’ailleurs apprécié à sa juste valeur son travail, toujours réalisé en parfaite collaboration avec les élus de la majorité.

Derrière le budget de fonctionnement se cachent des missions de service public qui font tout l’attrait de notre village. Un travail considérable a déjà été fait avec les services. N’hésitez pas à lire l’article complet sur notre site : https://smu2020.fr/bilan/

Durant les 6 années passées, la conjoncture nationale a été très défavorable pour les collectivités locales avec de fortes baisses des dotations de l’État. La commune de Saint Martin d’Uriage a ainsi vu sa dotation de l’État dite globale de fonctionnement passer de 650 000 € en 2014 à 0 en 2019. A cette baisse de recette, il faut ajouter une forte augmentation, au dépend de la commune, du fond de péréquation intercommunale et communale (somme reversée par la commune et passée, sur cette même période, de 97 456 €à 218 478 €) définie par l’état et la Communauté de Communes et dont l’objet est d’assurer une solidarité entre communes à l’échelle intercommunale et nationale. Ces évolutions ont provoqué au total une perte équivalente à environ 30 % du montant des impôts locaux. A noter que ces baisses venant après une forte diminution de la taxe sur les jeux du casino, passée de 2,7en 2008 à 2,15 M€ en 2014, une mise à plat de tous les postes de dépense et de toutes les sources d’économie a été nécessaire. Cela s’est fait sur la base d’une enquête réalisée auprès des habitants entre les 2 et 27 mai 2016. Grâce à une gestion rigoureuse des dépenses publiques, nous avons pu éviter toute hausse des taux d’imposition tout en conservant un excédent de fonctionnement suffisant, un très bon niveau de service à la population et diminuer significativement la dette, qui est passée de 1 141 € par habitant en 2014 à 903 € en 2020. Cette gestion rigoureuse des finances locales n’a pu être réalisée que grâce à la compréhension des milieux associatifs/économiques et la participation active du personnel municipal.