Intercommunalité

Notre liste s’est engagée dans une démarche similaire à celle qui a présidé à la construction de son programme communal en faisant référence au Pacte pour la Transition. Avec d’autres listes des communes du Grésivaudan nous avons établi une plateforme basée sur des valeurs partagées : l’écologie, la solidarité et la participation citoyenne.

Cette plate-forme est décrite selon 6 axes (voir document joint), qui reprennent nos valeurs, cohérents avec le projet de territoire dont nous allons nous emparer, nous approprier pour le mettre en œuvre teinté des enseignements qu’il faut tirer de l’expérience du Covid-19.

Cette plateforme résonne avec le programme municipal de notre liste. Elle en renforce le sens et la cohérence. Elle nous permettra un fonctionnement plus harmonieux entre des services de proximité dont la commune est le point de contact au quotidien et les politiques qui doivent être développées sur une autre échelle de temps et d’espace.

Nous nous impliquerons fortement dans le travail de réexamen de la répartition des compétences conformément à l’objectif de redéfinir un nouveau compromis intercommunal qui permettra une plus grande efficacité (donc des économies), une offre de services combinés à la fois plus simple, plus lisible.

Une répartition plus rigoureuse des rôles pour faire exister vraiment le bloc communal, et que les populations perçoivent bien qu’il n’y a qu’une seule strate pour les services locaux.

Quelques points particuliers sur l’implication de Saint Martin d’Uriage dans la communauté :

  • La création du SMMAG, est maintenant une Autorité Organisatrice de la Mobilité unique pour la métro et le Grésivaudan, ce qui lève un grand nombre les difficultés des Saint martinois pour rejoindre l’agglomération de Grenoble. Nous serons très présents dans les instances de ce syndicat pour apporter des solutions rapides aux problèmes dans la Combe d’Uriage.
  • La clarification des compétences fera l’objet d’une vigilance particulière pour éviter des doubles financements entre la commune et la communauté.
  • Des mutualisations seront recherchées dans tous les domaines, en particulier lorsque le numérique permet sans surcoût de déployer des services jusque dans les zones les moins denses du territoire.
  • Travail sur le bloc communal comme le lieu d’une collaboration harmonieuse et efficiente entre commune et communauté pour proposer l’ensemble des services au plus près des habitants.

Annexe :

Appel aux élu-e-s du Grésivaudan

Nous sommes des conseillers communautaires du Grésivaudan, initialement rassemblés avec d’autres citoyens et des conseillers municipaux inscrits dans le collectif Grésivaudan2020. 

Nous sommes rassemblés sur trois valeurs socles : l’écologie, la solidarité et le renouvellement démocratique.

L’écologie comme  impératif

L’urgence climatique, la perte de la biodiversité et la progression des affections liées aux pollutions et à la dégradation de notre environnement sont des impératifs pour l’action publique. La crise que nous venons de vivre renforce la nécessité d’agir plus vite encore. 

Nous devons donc agir au sein du Grésivaudan pour réduire notre empreinte écologique globale en créant un cadre de vie sain, durable et résilient, en protégeant nos biens communs (notre eau, nos espaces naturels et agricoles, notre air) et nos services publics.

La solidarité comme évidence

Face à la crise écologique, des politiques de transformation sociale sont nécessaires pour faire converger les impératifs sociaux et écologiques, profondément liés entre eux. Nos modes de gestion des biens communs en sont une traduction concrète. C’est aussi en favorisant le lien social entre tous que nous renforcerons la cohésion sociétale et la solidarité au sein du territoire du Grésivaudan. Nous devons à notre échelle accompagner toutes les personnes quelle que soit leur situation sociale pour que la conversion écologique bénéficie à tous. C’est ainsi que l’écologie deviendra un bénéfice et non plus une contrainte. 

Nous devons donc agir au sein du Grésivaudan pour permettre à toutes et tous de bénéficier des droits fondamentaux et essentiels tels que révélés par la crise et accéder aux services de base que sont le logement, l’alimentation saine, la santé par des actions collectives, le développement de l’entraide et des échanges.

Le renouvellement démocratique comme finalité et moyen

L’intelligence collective est plus riche que la réflexion de quelques-uns. La crise sanitaire que nous traversons et ses conséquences sociales et économiques démontrent l’impérieuse nécessité d’ouvrir nos horizons pour prendre des décisions équilibrées. Il n’y a rien de pire que de penser qu’il n’y a qu’une et unique solution aux problèmes que nous avons à résoudre.  

Nous devons donc mettre en place les méthodes et les outils permettant d’associer les citoyen-ne-s – habitant-e-s du territoire et aussi ceux qui travaillent aux décisions qui les concernent, ceci aux échelles communales et intercommunale. Cette démarche ne doit évidemment pas se contenter de consulter mais doit permettre d’impliquer, voire dans certains cas, de co-construire. Les communes auront un rôle clé dans la mise en oeuvre et l’animation d’un tel fonctionnement démocratique local.

Le projet de territoire comme cadre de travail commun 

Le projet de territoire, signé en 2018, est un cadre pour l’action intercommunale à venir. Il faudra que l’ensemble des nouveaux et nouvelles élu-e-s s’approprie les enjeux qui y sont présentés, les enrichissent si besoin, au regard de ces trois valeurs précédemment énoncées. Il devra être également largement communiqué aux habitants du territoire pour servir de cadre de référence aux politiques communales, communautaires et de coopération à venir. Bassins de services, pôles, mutualisations représentent des perspectives d’un fonctionnement renouvelé du territoire et des services à la population.

6 axes constituent pour nous des points d’attention majeurs pour le mandat 2020-2026

1) Mobilité et environnement 

Point majeur pour les citoyens et entreprises du Grésivaudan, nous devons ancrer notre politique de mobilité au sein du SMMAG et renforcer les modes doux de déplacements (vélo, marche…) au sein du territoire, en parallèle du développement des transports en commun, en direction de la métropole, comme au sein du Grésivaudan avec une attention particulière pour les communes de montagne. 

Par ailleurs, l’ensemble des actions du plan climat-air-énergie territorial (PCAET) doivent être renforcées et leur mise en œuvre accélérée. Le soutien au développement des énergies renouvelables sera amplifié.

2) Développement économique et tourisme

L’utilisation du foncier dédié à l’activité économique devra être densifiée afin de protéger les terres agricoles (utiles à un territoire actuellement très dépendant de l’extérieur au niveau alimentaire) et les zones naturelles : densification des stationnements, densification des bâtiments…

Le type d’activités accueillies et faisant l’objet de soutien devra faire l’objet d’une analyse fine mettant en relation avantages économiques, protection de l’environnement, consommation foncière, création d’emplois, circularité de l’économie, coûts induits d’infrastructures. La politique de soutien spécifique à l’économie résidentielle de services aux habitants du territoire, et plus particulièrement l’Économie Sociale et Solidaire, devra être renforcée.

Un tourisme quatre saisons, éco-responsable doit être mis en œuvre. Une politique montagne ambitieuse et novatrice doit permettre à ces territoires de s’adapter aux réalités d’aujourd’hui (changement climatique, mutations de la filière bois, nouvelles demandes touristiques…) tout en conservant leur singularité. La péréquation des richesses entre les différentes communes doit permettre un développement harmonieux de l’ensemble du territoire.

3) Logement et foncier

Une politique de logement forte, marqueur de solidarité, permettant d’équilibrer et de concilier  sur le territoire développement économique et accueil des actifs, évolution des besoins au long de la vie, doit être mise en œuvre. Le programme local de l’habitat (PLH) devra permettre d’équilibrer et renforcer l’offre de logement social et abordable. Nous devrons aller vers un plan local de l’urbanisme intercommunal (PLUI), bâti en concertation avec les communes, pour permettre un vrai équilibre du territoire à long terme. L’adhésion à un établissement public foncier local  (EPFL) est également cruciale comme un moyen de maîtriser le foncier du Grésivaudan et de mener ces politiques.

4) Agriculture et alimentation

Le territoire est riche en ressources agricoles, certaines zones sont parfois en concurrence avec d’autres vocations que l’agriculture. Cette ressource est une richesse. Ceci nous confère une responsabilité dans la transition vers plus d’autonomie alimentaire.  Dans le cadre de la “nouvelle politique agricole, alimentaire et forestière à l’horizon 2030” du Grésivaudan, nous devons renforcer l’autonomie alimentaire du territoire avec une forte politique d’orientation agricole et de renforcement des circuits courts au travers du Projet d’Alimentation inter-Territorial. Cette agriculture doit être respectueuse de l’environnement et de la santé des riverains et favoriser les emplois et débouchés locaux.

5) Social

Les modes de vie des habitants ont beaucoup évolué.Le Grésivaudan est un territoire de mouvement et de migrations quotidiennes (forcée pour de nombreux travailleurs (dans les services à la personne) qui n’ont pas les moyens d’habiter sur le territoire). Certaines politiques sociales devraient répondre à cela en étant envisagées à l’échelle intercommunale ou de bassins de services : jeunesse, personnes âgées, soutien à l’emploi, y compris au développement du télétravail, inclusion numérique,… Par ailleurs, l’intercommunalité devrait permettre de mutualiser des moyens, humains notamment, pour appuyer le rôle majeur des CCAS dans leurs réponses aux besoins sociaux spécifiques, et de renforcer les liens avec le Département, la Caisse d’Allocations Familiales pour la mise en œuvre de politiques locales (enfance, jeunesse, retour à l’emploi, vieillissement,…).

6) Gouvernance

Les processus et le partage de la décision doivent être aménagés afin d’associer les citoyen-ne-s et les  acteurs associatifs du Grésivaudan. Le rôle et l’organisation des commissions, les comités d’usagers, les comités consultatifs, des citoyen-ne-s tiré-e-s au sort, la collégialité, la transparence dans la préparation des délibérations, le partage d’information avec les élus municipaux, l’évaluation des actions conduites sont les moyens d’une nouvelle gouvernance.

Ce renouvellement démocratique s’appuiera entre autres sur le conseil de développement dont la refondation, votée en février 2020, ouvre ces possibilités.

Les communes devront avoir un rôle de relais et d’appui sur l’élaboration partagée des politiques communautaires. 

Nous appelons tous les élu-e-s qui se reconnaissent dans ces valeurs et sur ces axes forts à nous contacter pour échanger et contribuer à construire une majorité désireuse de porter cette vision d’avenir.